Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 21:03

"Non mais c'est quoi ce titre, hein ? Non mais tu nous as dégotté quoi encore comme OVNI littéraire, Karine ?" serez-vous sans doute tenté de vous exclamer dès le début de ce billet. Bon, faut dire que vous commencez à bien me connaître : vous savez que je suis capable de lire les prix qu'on court (mais pas trop vite parce que ça me fatigue !), les livres de bit-lit (même en collection Harlequin), des bouquins qu'on m'a refilés en étant certain qu'ils allaient me plaire (et bon, généralement, ce n'était pas si mal), des nouvelles juste parce que le titre était zombiquement délirant, mais aussi des auteurs connus que je n'avais (shame on me !) jamais lus, des classiques que je revisite avec plaisir ou encore des auteurs auto-édités (camarades de galère, bonsoir !). Et c'est dans cette dernière catégorie que se classe Kylie Ravera. Alors, un peu d'respect, bande de trolls !

 

La-tentation-de-la-pseudo-reciproque.jpegVous savez combien je suis toujours méfiante face aux auto-édités. Et pourtant, que de courage ils ont... enfin, on a quoi ! (hop, un p'tit bouquet de fleurs, une boîte de chocolat que je m'autoffre - nouveau verbe - ça ne fait pas de mal !). Ce qui me dérange toujours avec les auteurs auto-édités, c'est le manque de rigueur qui apparaît souvent dans leurs textes. L'histoire est là, mais la syntaxe s'est fait la malle. Non qu'un texte doive être parfait (bien qu'il le devrait !) puisque même chez les éditeurs ayant pignon sur rue on trouve de sacrées coquilles, mais bon, un peu de grammaire ne fait de mal à personne...

 

C'est donc dans cet état d'esprit que j'ai ouvert (numériquement mais non moins fébrilement) le livre de Kylie Ravera. Le début m'a un peu déconcertée, surtout par le côté assez "ampoulé" des phrases, une description étonnante, bref j'ai été un peu désarçonnée. Puis, on repasse à la première personne au côté de Peter, un taupin en première année de prépa, qui nous emmène dans les dédales du lycée Pépin-le-Bref à la poursuite d'un futur concours. Là, j'avoue, la vie du taupin m'a laissée perplexe. Mais attention, une bonne perplexitude ! (oui, encore un mot nouveau, suivez donc un peu !). C'est que je ne connais pas du tout l'atmosphère des prépas et j'ai découvert tout cela avec étonnement. Tout en me demandant tout de même un peu où l'auteure allait m'emmener parce que bon, ça traînait à démarrer c't'hisoire...

 

Nul regret, cependant ! L'intrigue se met doucement en place, on est pris dans les rebondissements, les découvertes, les jeux de mots (à deux balles mais qui m'ont fait rire car ils enlèvent un peu de la tension de l'histoire), les réflexions des protagonistes, et l'histoire entre Peter et Eléanore (et punaise, Kylie, va falloir qu'on cause !!!)... La psychologie des personnages est très crédible, les indices habilement disséminés, les changements de point de vue maîtrisés et, nom d'une pipe, j'ai passé un sacré bon moment ! Preuve encore une fois qu'on trouve de très bonnes lectures dans l'auto-édition !

 

Désormais, au même titre que je plébiscite volontiers Armelle Carbonel pour son Criminal Loft, je n'hésiterai pas à parler de Kylie Ravera pour sa tentation de la pseudo-réciproque.

 

─═☆Bonne lecture☆═─
Ҡяine

Partager cet article

Repost 0

commentaires