Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 07:00

Bonjour mes blogonautes !

 

Alors, comment s'est passé votre week-end ? Le soleil nous a un peu boudé, mais qu'importe : c'était le week-end du Salon du Livre ! Un lieu protégé de la pluie, idéal non ?

 

salon_livre_paris_2014-2.jpg


La dernière fois que j'y ai mis les pieds, c'était en 2007 pour la pré-promotion de mon premier roman Le roman de Marjolaine. Pas évident d'être un auteur en devenir et de présenter un livre pas encore sorti ! LOL

Sept ans plus tard, c'est en simple visiteuse que je suis passée par le Salon.


Comme toujours, c'est immense, mais ce n'est pas important : devant la promesse de passer une super journée à découvrir ou redécouvrir des écrivains, des éditeurs, dont certains sont des amis, rien ne m'effraie. Surtout que j'ai avec moi une guide de choc : Sabine, ma super agent du sud, qui est montée spécialement pour le salon. C'est avec une joie réelle que je peux enfin la serrer dans mes bras. C'est fantastique internet : on s'est rencontré sur Facebook, on a échangé, parler, on s'est téléphoné, on partage la même aventure autour de mes livres depuis maintenant 4 ans, on ne se voit pas plus de deux fois par an et pourtant j'ai toujours l'impression qu'on s'est quitté la veille... C'est magique !

Et puis, Sabine n'est pas venue seule : Flo et Nadine, deux amies du sud, l'accompagnent et c'est un plaisir de les revoir aussi ! (Flo, ta petite robe noire était une vraie tuerie ! )

 

chat_noir_mignon_autocollants_ronds-r430e0350fc884aa8a083b0.jpg

 

Mais passons aux choses sérieuses. Sabine est en mode "public relation" et il est hors de question que je reste dans ses pattes pour la gêner. Nous convenons donc de nous retrouver pour grignoter un bout un peu plus tard.

 

Commence alors l'errance. Pas de plan (j'aime pas ça...), le nez en l'air sur les panneaux des maisons d'éditions, je sillonne les allées en compagnie de ma fille qui m'accompagne. J'ai deux missions : trouver un livre pour mon fils et aller saluer Monique Le Dantec, éditrice de Morrigane Éditions.

 

MORRIGANE-logo-sur-fond-noir---copie.jpg

 

Les missions sont un peu mises à mal par les exclamations de ma grande "Oh, maman, y'a des mangas !", oui ma chérie, on est au salon du livre... "Maman ! Maman ! Viens voir, ils donnent des extraits là..." , oui ma chérie, j'arrive, mais tu sais faut que je trouve le stand U20 de Monique... "Maman, tu viens ? Je veux me trouver un petit roman chez Gallimard.", oui ma puce, mais si on allait plutôt voir chez Gallimard Jeunesse, hein ? "MAMAN ! Regarde, c'est trop mignon Nobi Nobi !"...

 

nobi-nobi.png

 

Nobi Nobi ? Hé, mais je connais c'est pour eux que travaille... Samantha Bailly ! Tiens, et justement, elle est là... Hé hé ! J'aime ces moments où je revois des auteurs après une longue période d'absence physique mais de papotage sur FB. J'aurais pu commencer par "Comment se porte ton superbe Main Coon, Samantha ?" mais je préfère y aller plus doucement, genre me re-représenter. Coup de chance, elle me remet ! Et nous voici à papoter. J'aimerais bien prendre son dernier roman, Les Stagiaires, et elle m'annonce qu'elle le dédicacera chez Milady, stand R88, cet aprem. Cool ! Elle me refile même un bon tuyau : comme le rush chez Nobi Nobi est passé, j'ai tout intérêt à filer prendre le livre chez Milady et revenir tranquilou me le faire dédicacer au stand Nobi Nobi... Je fonce donc vers le R88...

 

Logo_Milady.jpg

 

Et je ne le trouve pas ! Grrrrr ! Mais où est passé mon plan ? Mince, c'est vrai : je n'en ai pas... M'enfin, allée R, stand 88, c'est quand même pas si compliqué... Non ? Ben si ! On cherche vainement, passant par l'allée U un peu au hasard...

 

Tiens, Monique !

Me voici partie dans une nouvelle discussion et je découvre le dernier né des éditions Morrigane : Les chemins de Hanoï d'Angella delle Torre. Je résiste à l'envie de l'acheter : les cordons de la bourse ne doivent se desserrer que pour quelques livres presque déjà choisis ou rentrant dans ma mission éternelle de maman (faire lire ses enfants c'est un vrai sacerdoce à notre époque !).

 

Les-chemins-d-Hanoi.jpg

 

Alors que je me dis que je ferais mieux de saluer Monique pour partir de nouveau à la recherche du stand de Milady, mon téléphone se rappelle à moi : Sabine, Flo et Nadine sont prêtes à déjeuner. Crotte ! Parti comme c'est, je vais être obligée de faire la queue pour me faire dédicacer Les Stagiaires !

 

stagiaires-cover.jpg

 

Le déjeuner est un moment bien sympathique qui n'appartient qu'à moi (Nadine, plus jamais je n'irai jouer les touristes ingénues dans le Sud ! LOL).

 

Vers 13h30, c'est le gong de la reprise. Je repars en chasse des éditions Milady, cette fois-ci équipée d'une arme de choix : non, pas un plan, mais Sabine qui est largement plus efficace que toutes les boussoles réunies. En deux temps et une centaine de pas, nous sommes en vue des éditions Milady mais Sabine m'attire dans une autre allée, m'affirmant que je n'allais pas le regretter...

 

Elle me connait bien, Sabine...

Nous débouchons sur le stand d'un chocolatier qui aime les mots : Rouge Papille. Ouah ! Dans des petites boites, des carrés de chocolats sont entourés de feuilles porteuses de jeux de mots et de quizz en tout genre. Je craque sur une boîte qui promet de traduire le français en français et qui m'affirme que le gentilé de ce vieux pouacre égrotant est couramiaud... Mais bien sûr ! Crise de rire, bonne humeur, hypothèses abracadabrantes et finalement une explication dans un français impeccable me fait acheter cette boîte qui promet de ravir aussi bien mes neurones que mes papilles...

 

Rouge-Papille-Photo-4-etuis-et-4-pochettes.jpg

 

Enfin, je laisse de nouveau Sabine à ses occupations et me présente, armée de mon exemplaire de Les Stagiaires, devant Samantha (non sans avoir préalablement discuté avec une sympathique blogueuse littéraire dans la file d'attente !).

– Ouaip, je sais, j'ai totalement loupé mon coup !

J'ose quand même lui avouer m'être presque perdue avant d’avoir été rattrapée par mon naturel bavard sur le stand de Monique. Qu'importe, on rigole bien ! Ma fille nous prend en photo, je fais ma fan, ça m'éclate ! C'est quelque chose que j'ai toujours refusé de faire quand j'étais plus jeune, estimant qu'il ne fallait pas enquiquiner les artistes et leur prendre trop de temps. Aujourd'hui, passée de l'autre côté de la barrière, je sais combien il est agréable de passer du temps avec ses fans.

 

Samantha-Bailly-et-Karine-Carville.JPG

 

On repart. Il me reste une mission à accomplir : trouver un livre pour mon fils... qui veut un petit roman de science-fiction. Punaise ! Mais on n'est plus dans les années 70' ! Où est-ce qu'il veut que je trouve ça, moi ? Pourquoi est-ce qu'il n'aime pas les elfes et les dragons comme tout le monde ? Non, monsieur se tape complètement des vampires et des loups-garous, ce qu'il veut ce sont des vaisseaux spatiaux et des voyages dans l'hyper espace... J'en ai mal à la tête avant même d'entrer chez les éditeurs jeunesse...

 

Finalement, c'est chez Folio que je dois trouver l'unique exemplaire d'un livre qui ressemble à de la science-fiction tout en n'allant que jusqu'à la Lune (ouaip, on est loin de Tatouïne, je vous le concède...) : Un ticket pour la Lune. Espérons que ce soit le ticket gagnant pour mon fils !

 

un-ticket-pour-la-lune.jpg


De son côté, ma fille craque sur des mangas et aussi sur une Histoire dont vous êtes le héros qui me fait un petit pincement au cœur : ben oui, moi aussi j'en ai lu plein quand j'avais son âge !

 

Nous réussissons presque à décoller du salon. Si si, on se dirige de nouveau vers l'entrée qui jouxte la "Toute sortie est définitive" énoncée d'une voix nasillarde par une charmante hôtesse ce matin. Seulement, chez moi, les loups-garous ont un attrait bien plus grand que les Ewoks (sans compter qu'ils sont sacrément plus classes que ces boules de poils ridicules qui portent un bonnet de nuit en pleine journée). Aussi, quand je passe à côté du stand de Jean Luc Marcastel, c'est le crash : il est là, avec Jean-Mathias Xavier, son dessinateur, et dire qu'ils dédicacent est largement en dessous de la réalité. Ils ornent, animent, commentent, boutadent (si, si, ça doit exister, forcément !), agrémentent, bref rendent le passage à leur stand inoubliable.

 

Jean-Luc-Marcastel.JPG


On s'arrête parce que ma fille remarque un poster "trop kawaï" (non mais sans rire, le SEUL poster kawaï que Jean-Mathias propose, les autres étant d'une beauté bien plus sauvage !), et je craque sur le tome 1 de la série Louis le Galoup.

 

louis-le-galoup.jpg

 

Foutu livre ! Une couverture sublime, intelligemment travaillée avec de l'encre sélective, ça brille, ça évoque, ça incite, et la quatrième est pire : une fois en main, on a du mal à le lâcher ce bouquin, même quand il faut le confier aux deux compères pour qu'ils y apposent leurs autographes. Et quels autographes ! Écriture médiévale, poudre à embosser, énorme loup-garou (quand même, Jean-Mathias, je note que vous n'avez pas osé le "S" sur la poitrine ! LOL) : c'est une couverture dans la couverture... Est-il utile de vous dire que 24 heures plus tard j'ai déjà englouti plus de la moitié du livre ?

 

dedicace-louis-le-galoup-karine-carville.JPG

 

On finit par repartir et rejoindre Sabine, un sourire un peu niais étirant mes lèvres (ce qui ne me donne pas l'air particulièrement intelligente, je vous le concède sans difficulté !). Ce que je viens de voir tourne dans ma tête, m'ouvre des perspectives, des idées, ouhhhhh (oserais-je dire "Aahouuuuu !" ?) pétard, ça bouillonne sous ma calebasse !


Sabine, elle, me remet les pieds sur terre en me rajustant ma cape d'écriveronne qui était sans doute un peu de travers après mon passage dans toutes ces allées. Elle me présente deux charmantes femmes qui travaillent dans l’édition.

Librinova me parle d'un concept d'aide à l'autoédition numérique qui me semble tout à fait pertinent pour les auteurs indépendants. Leurs tarifs sont attractifs, leur discours clair et pas trop ambitieux, leurs propositions sans aucun doute efficaces : nous convenons de reprendre très vite contact. Ils ont les pieds sur terre tout en comprenant ce qui se passe dans le ciboulot des auteurs, ça me plaît !

 

librinova-logo.jpg

 

C'est la fin du salon. Je n'aurais pas beaucoup vu mes copines, mais les moments partagés ont été forts. Je repars avec des images plein les yeux en me promettant de remettre ça l'année prochaine. Une idée me tarabuste cependant : les prix d'occupation des stands pour ce gros salon sont totalement prohibitifs pour les auteurs indépendants (qui n'ont pas hérité du château de Mamy de la Guimbette ou des lingots planqués sous le matelas de Tonton Fernand). N’existe-t-il pas une association d'auteurs qui permettrait, moyennant un tarif moindre, de faire tourner sur un stand unique une myriade d'auteurs indépendants ? Dans ce siècle qui voit l'avènement de l'auto-édition et du numérique, à quand une vraie reconnaissance de tous ceux qui écrivent pour être lus (et surtout pour le plaisir !) ?

 

Ah, tiens, j'oubliais ! En parlant de numérique, la geek que je suis ne peut pas passer à côté d'une info pareille : on va enfin pouvoir lire sur notre liseuse dans notre bain, sans craindre de ruiner ladite liseuse en cas d'aqua-dérapage intempestif. Si si ! PocketBook vient de lancer "Aqua", sa première liseuse sous-marine... Enfin, non, pas sous-marine parce que la mousse ça pique les yeux (les bétas testeurs ont tous fini avec des conjonctivites purulentes !), mais en tout cas étanche ! Alors, amis adeptes du numérique, heureux ?

 

pocketbook-aqua.jpg

 

─═☆Bonne lecture═─
Ҡяine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

voyance par mail rapide 23/10/2017 16:12

Votre blog est une vraie mine d’infos, je suis un lecteur assidue et je vous souhaite bonne continuation.